L'épidémie du coronavirus en Chine peut avoir des conséquences économiques considérables à l'échelle mondiale, a encore confirmé une étude menée par le bureau Altares Dun & Bradstreet. 

Cette dernière a dénombré quelque 49.000 entreprises non chinoises qui ont des activités dans les régions atteintes par le virus. Les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France et les Pays-Bas figurent parmi les pays les plus touchés. Près d'un millier d'entreprises néerlandaises possèdent ainsi, selon l'étude, des filiales dans les régions infectées.

La Belgique n'est, elle, pas mentionnée dans le top 10.

En outre, plus de cinq millions d'entreprises de par le monde sont dépendantes des fournisseurs chinois de ces régions alors que Wuhan, épicentre de l'épidémie de pneumonie virale, constitue une plaque tournante du transport en Chine, selon Altares Dun & Bradstreet.