Syndicats et employeurs ont trouvé un accord à ce sujet au sein du Conseil national du travail (CNT), a-t-on appris lundi auprès des partenaires sociaux, qui demandent au gouvernement d'aider les entreprises en difficulté pour le paiement de ce pécule. Ils veulent également geler la dégressivité des allocations de chômage pendant un certain temps encore. Ce dossier fait l'objet de discussions depuis un certain temps déjà. Afin de protéger le pouvoir d'achat des salariés, il a été convenu précédemment que les jours de chômage temporaire devaient être assimilés au droit à des vacances annuelles. Les employeurs craignaient toutefois une facture élevée, alors que la crise du coronavirus a réduit le chiffre d'affaires de nombreuses entreprises.

Un accord a maintenant été conclu au sein du CNT. Les jours de chômage temporaire sont assimilés jusqu'à la fin de l'année. Cela devrait permettre à chacun de recevoir un pécule de vacances complet en 2021. Syndicats et employeurs invitent le gouvernement à soutenir les entreprises qui souffrent gravement de l'impact de la crise.

Les partenaires sociaux ont par ailleurs convenu de geler à nouveau la dégressivité des allocations de chômage et de celles d'insertion jusqu'à la fin de cette année. Les premières diminuent normalement avec le temps. Comme il n'a pas été facile de trouver du travail pendant ces derniers mois avec la crise du coronavirus, cette dégressivité a été "gelée" jusqu'à la fin du mois d'août. Les partenaires sociaux se sont maintenant entendus pour prolonger ce gel jusqu'à la fin de l'année.