Si vous êtes frustré par votre équilibre vie professionnelle-vie privée, vous pourriez envisager de déménager aux Pays-Bas.

Selon le dernier indice Better Life de l'Organisation de coopération et de développement économiques, c'est au Pays-Bas que l'équilibre vie professionnelle et vie privée est le plus respecté. L'indice classe les pays selon leur capacité à jongler avec leur vie professionnelle et personnelle. Les Pays-Bas ont marqué 9,5 sur 10, suivi de l'Italie avec un score de 9,4 et du Danemark avec neuf points. La Colombie et le Mexique figuraient au bas des 40 pays classés. La Belgique quant à elle pointe en huitième position.

Un aspect important de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est le temps qu'une personne passe au travail. Aux Pays-Bas, 0,4% seulement des employés travaillent de "très longues" heures - c'est-à-dire plus de 50 heures par semaine - c'est un des taux les plus bas de tous les pays classés. En Belgique, environ 5% des employés travaillent de très longues heures, soit moins que la moyenne OCDE de 11%.

Dans l'indice OCDE, les 10 premières places n'étaient occupées que par les pays européens. Les États-Unis se classaient au 27e rang, avec 11% des personnes travaillant de très longues heures.

Activités et loisirs

Plus les gens travaillent, moins ils ont de temps à consacrer à d'autres activités, comme le temps accordé à une vie sociale, prendre le temps de manger ou de dormir. La quantité et la qualité du temps de loisirs sont importantes pour le bien-être général des gens et peuvent apporter des avantages supplémentaires pour la santé physique et mentale. En Belgique, les travailleurs à temps plein consacrent en moyenne 15,7 heures de leur journée aux soins personnels (manger, dormir...) et aux loisirs (socialiser avec leurs amis et leur famille, loisirs, jeux, ordinateur et télévision, etc.), tout juste plus que la moyenne de l'OCDE, qui est de 14,9 heures.

Le SPF belge Sécurité sociale a créé un lieu de travail dynamique où de nouvelles méthodes de travail ont été mises en œuvre pour promouvoir des pratiques telles que le partage de bureau ou le travail à domicile.

Ces mesures ont permis au gouvernement fédéral d'économiser 6 millions d'euros chaque année et a entraîné une réduction de 30% de l'espace de bureau, une réduction de 55% de l'utilisation de papier pour l'impression et une réduction de 60% des dépenses de mobilier de bureau.