Des investisseurs ont eu accès en avance à des conférences de presse de la Banque d'Angleterre diffusées par un fournisseur avant la vidéo officielle, ce qui devrait leur avoir donné un avantage illicite sur les autres investisseurs.

La Banque d'Angleterre a confirmé tard mercredi une enquête du Financial Times révélant qu'un système audio de sécurité installé il y a quelques années a été détourné et partagé.

"Nous avons récemment constaté que certains enregistrements sonores de conférences de presse de la Banque - installés en plan de secours au cas où la diffusion vidéo (en streaming) ne fonctionnerait pas - a été mal utilisée par une société contractuelle depuis (quelques mois) cette année pour fournir des services à des clients externes", déclare l'institution financière dans un communiqué.

La BoE a dit avoir "annulé l'accès du fournisseur de service après avoir identifié le problème", et que "l'utilisation inacceptable de l'audio sans que la BoE ne soit au courant et sans son accord fait l'objet d'une enquête".

D'après le Financial Times, ceux qui ont eu accès à l'audio des conférences de presse avaient 5 à 8 secondes d'avance sur leurs concurrents.

L'utilisation illégitime d'un fichier audio peut être comparée à un délit d'initié.

Un accès même de quelques secondes d'avance sur l'audio officiel de la conférence de presse de la Banque d'Angleterre, où le gouverneur Mark Carney donne des indications sur la direction des taux d'intérêts, de l'inflation du Royaume-Uni, ce qui influence directement le cours de la livre et d'autres actifs, peut donner un avantage concurrentiel indu, particulièrement à l'heure du trading à haute fréquence.

Cette stratégie de courtage automatisé utilisant des ordinateurs très puissants qui réalisent des milliers de transactions à toute vitesse est si lucrative que les sociétés financières investissent lourdement dans des équipements dernier cri juste pour gagner une fraction de seconde dans l'accès à information.