Tour d'horizons des commerces qui ouvriront - ou non - leurs portes ce samedi.

Les drogueries fermées le samedi ?

En tant que secteur non alimentaire, les drogueries doivent fermer leurs portes le week-end. Comeos, la fédération du commerce et des services, souhaite cependant que le gouvernement revienne sur cette décision. “Il faudrait donner un large accès aux produits d’hygiène comme le savon ou les gels désinfectants que l’on retrouve dans ces drogueries, explique Hans Cardyn, responsable de la communication chez Comeos. En Italie, le gouvernement a autorisé les drogueries à ouvrir le week-end”. Pour le moment, les autorités n’ont pas accédé à cette requête.

Les boucheries seront-elles ouvertes ?

En tant que magasins alimentaires essentiels, les bouchers auront le droit d’ouvrir leurs portes le week-end, comme les supermarchés et les pharmacies. “Nos bouchers artisanaux, charcutiers et traiteurs peuvent rester ouverts”, a affirmé à l’agence Belga Carine Vos, de la Fédération nationale des bouchers, charcutiers et traiteurs.

Les boulangeries seront-elles ouvertes ? Et leur salle de dégustation ?

Les boulangeries peuvent rester ouvertes, indique Bruno Kuylen, directeur général de la fédération flamande des boulangers. En revanche, les boulangeries qui disposent d’une salle de restauration devront la fermer, comme n’importe quel établissement horeca.

Les Belges auront-ils accès à leurs frites ?

Comme les établissements qui préparent des plats à emporter, les friteries seront autorisées à fournir notre emblème national. Les espaces où l’on peut consommer ses frites sur place devront cependant fermer.

Les journaux seront-ils distribués aux abonnés et vendus en librairie ?

Si vous êtes abonné à La Libre Belgique ou à tout autre titre de la presse quotidienne belge, vous n’avez aucun souci à vous faire : les sociétés de distribution, dont Bpost, continueront à travailler comme de coutume, le samedi comme les autres jours de la semaine. En revanche, si vous voulez acheter un quotidien, sachez que certains points de vente seront fermés. C’est le cas des librairies et des kiosques. Ces commerces n’étant pas rangés dans la catégorie des services vitaux, ils devront rester fermer durant les week-ends. “Il existe beaucoup d’autres sources d’informations, comme la radio, la télévision et Internet. Toute l’information essentielle reste donc accessible à un large public”, explique-t-on au Centre de crise. Il restera toutefois possible de trouver La Libre dans certaines grandes surfaces alimentaires et dans des stations-service.

Le commerce en ligne en profite-il ?

Si beaucoup de Belges se sont rués, de manière souvent impulsive et irrationnelle, dans les grandes surfaces pour faire le plein de denrées alimentaires (riz, pâtes, farine… et papier toilette !), les grands gagnants de la crise du Covid-19 sont les sites de commerce en ligne. “J’ai mené un petit coup de sonde ce matin dans plusieurs pays européens et la tendance est la même un peu partout, nous explique Carine Moitier, spécialiste du commerce en ligne (cbcommerce.eu). Depuis le début de la crise du Coronavirus, la croissance moyenne des achats en ligne est de l’ordre de 20 % pour la catégorie “food”. Jusqu’ici, c’était la catégorie à la traîne de tous les autres (biens non alimentaires). On, a donc un phénomène de rattrapage”.

Les centres commerciaux seront-ils ouverts ?

Un rapide tour d’horizon des principaux centres commerciaux montre qu’ils resteront ouverts, jusqu’à ce que d’éventuelles nouvelles mesures gouvernementales changent la donne. Mais seuls les commerces qui répondent à des besoins vitaux, comme les pharmacies, les magasins d’alimentation et d’alimentation pour animaux, resteront ouverts au sein de ces centres. “Les restaurants et cafés, en fonction de leur capacité ou non à faire du “delivery” ou “take away”, seront également ouverts”, précise-t-on à l’Esplanade (Louvain-la-Neuve). “De notre côté également, on respectera les consignes gouvernementales à la lettre”, explique Sam Perneel, de chez AG Real Estate, qui gère notamment les centres City 2, The Mint, Galerie Anspach, etc.). “Nous avons pris des mesures de renforcement en matière d’hygiène, et mis à disposition un call center pour répondre à toutes les questions des commerçants locataires. Tous vont respecter les dispositions gouvernementales”, ajoute Sam Perneel.

Durant le week-end, les commerces autres que nécessaires devront fermer. La police vérifiera le respect des mesures et disposera des moyens administratifs pour les faire respecter. “Dans la pratique, les magasins dans les centres commerciaux seront surtout ouverts en semaine, ce qui va occasionner un plus grand afflux. Je ne peux donc pas exclure qu’il y ait du changement du côté gouvernemental dans les mesures à prendre un peu plus tard. En tout cas, on s’adaptera”, poursuit Sam Perneel. Quant à CEUSTERS, le plus grand gestionnaire de centres commerciaux de notre pays (Wijnegem Shopping Center, Les Grands Prés à Mons et K à Courtrai, Galerie Toison d’Or à Bruxelles, Rive Gauche à Charleroi), il annonce aussi par voie de communiqué que ses centres commerciaux resteront ouverts pendant les prochaines semaines, pendant les heures d’ouverture normales – y compris le week-end. “Grâce à de sérieux efforts, comme la disposition de gel désinfectant et le travail des équipes de nettoyage, il sera possible, dans les prochaines semaines, de poursuivre ses achats et ce, en toute sécurité. Le gestionnaire surveille néanmoins les mesures prises par le gouvernement fédéral pour lutter contre la diffusion du coronavirus (Covid-19)”, explique Ceusters.

Les marchés sont-ils obligés de fermer ?

Les marchés de l’Abattoir d’Anderlecht ainsi que la halle alimentaire Foodmet resteront ouverts pendant le week-end mais ne proposeront à la vente que de l’alimentation, indiquent-ils à l’agence Belga. D’autres produits seront proposés le jeudi et le vendredi. L’espace et les couloirs entre les échoppes seront par ailleurs agrandis. Les commerces qui proposent des plats à emporter resteront ouverts mais la consommation sur place sera interdite. Les foodtrucks ne pourront plus pénétrer sur le site de l’Abattoir.

Peut-on se faire couper les cheveux ?

Les salons de coiffure pourront continuer à travailler, mais uniquement sur rendez-vous, a fait savoir la ministre de la Santé, Maggie De Block, sur Radio 1 (VRT). Le but est d’éviter que les clients ne se côtoient trop longtemps.

Les “night shops” seront-ils tous fermés ?

“Étant donné qu’ils vendent de l’alimentaire, les night shops devraient rester ouverts, commente prudemment Hans Cardyn, responsable de la communication chez Comeos. Mais nous ne représentons pas ce secteur”.