Elu vendredi à la tête de l'OCDE, l'Australien Mathias Cormann a été officiellement désigné lundi secrétaire général de cette organisation internationale forte de 37 membres, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

"Le Conseil de l'OCDE, composé des ambassadeurs représentant les 37 pays membres de l'Organisation, a pris aujourd'hui la décision officielle de nommer M. Mathias Cormann (Australie) au poste de secrétaire général, le sixième de l'Organisation depuis sa création, pour un mandat de 5 ans qui débutera le 1er juin 2021", a annoncé l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Mathias Cormann, qui succédera au Mexicain Angel Gurria en poste depuis 2006, "sera le premier secrétaire général issu de la région Asie-Pacifique", a-t-on ajouté.

Une annonce teintée de noir, de jaune et de rouge

Ancien ministre des Finances, M. Cormann, 50 ans, avait été élu vendredi matin à une courte majorité des 37 ambassadeurs de l'OCDE, avaient alors indiqué des sources proches à l'AFP.

Issu du plan Marshall, l'OCDE, dont les membres pèsent 60 % du PIB mondial, s'est ouverte ces dernières années sur l'Amérique latine mais ne compte encore que quatre pays asiatiques : la Corée du Sud, le Japon, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Si la candidature de M. Cormann a été critiquée par des ONG de protection de l'environnement, sa nationalité australienne a pesé au moment où cette organisation dominée par les pays occidentaux cherche à faire entendre sa voix en Asie face aux velléités expansionnistes de la Chine.

Né dans les cantons germanophones de Belgique, ce quinquagénaire diplômé de droit parle couramment le français, l'anglais, le flamand et l'allemand. Après ses études en Belgique, il a émigré en Australie, au milieu des années 1990 où il est entré en politique.

Il s'est imposé à l'issue d'un vote "très serré", selon une source proche, face à la Suédoise Cecilia Malmström, ancienne commissaire européenne et finaliste d'une compétition qui a duré sept mois.