Conjoncture Les frais prélevés dans le cadre des contrats d’assurance épargne-pension, ou les fonds d’épargne-pension vendus via le canal bancaire posent question. Je n’ai rien contre les banques et les assureurs, mais je trouve qu’il y a un questionnement légitime à mettre sur la table quand on sait que les frais sont en moyenne de 3 % sur les montants versés", lance Benoît Dispa, député fédéral CDH. Lequel a mis la question des frais sur l’épargne-pension, système sponsorisé fiscalement par l’État (lire l’encadré) à l’ordre du jour de la Commission "Budget et Finances" au Parlement il y a un mois.

(...)