Brucargo, l'aéroport de fret de Zaventem, est notamment chargé du transport des vaccins, mais les perturbations devraient être limitées. Une quarantaine de militants seront mobilisés et répartis en petits groupes. L'action s'inscrit dans l'appel à une journée de grève nationale lancé par les syndicats, qui jugent bien trop maigre la marge d'augmentation salariale de 0,4 %.

Bon nombre d'entreprises actives à l'aéroport de Zaventem s'en sont très bien sorties pendant la crise du coronavirus, pointent les syndicats. "DHL, par exemple, a connu une croissance de 40 % l'an dernier", souligne Björn Vanden Eynde, de l'ACV-Transcom. Ces entreprises de transport et logistique ont été reconnues comme essentielles durant la crise. "Des milliers d'hommes et de femmes ont dès lors continué de travailler chez Brucargo et alentours, plus dur que jamais et souvent dans des conditions de sécurité précaires, surtout au début de la pandémie. Aujourd'hui, alors que ces efforts surhumains devraient être récompensés, les employeurs se défilent", commentent les syndicats.

Plusieurs sociétés ont certes négocié l'un ou l'autre bonus avec le personnel, mais cette mesure unique ne satisfait pas les organisations de défense des travailleurs. En manifestant, elles espèrent disposer de plus de marge de manœuvre sur les salaires.

Les représentants des travailleurs assurent que leur action ne perturbera pas l'acheminement des vaccins. "Les camions devront peut-être attendre cinq minutes, mais ce n'est pas cela qui va faire la différence. Nous attendons depuis longtemps déjà ces vaccins", reconnaît Olivier Van Camp (ABVV/FGTB).