Si la Belgique est mondialement réputée pour ses bières, il en est certaines qui se démarquent par leur excellence, mais aussi par leur rareté. C'est notamment le cas de la Westvleteren. L'abbaye de Saint-Sixte (Flandre occidentale) est son seul de point de production, mais aussi son seul point de vente. Les amateurs doivent commander leur casier en ligne lors des deux (en moyenne) moments de vente mensuels sur leur site Internet, et doivent ensuite venir le chercher sur place.

Mais lors du premier confinement de mars 2020, l'abbaye n'a plus pu vendre de bouteilles pendant une longue période. Un coup dur pour les frères de l'abbaye pour qui la vente de la Trappist Westvleteren est la seule source de revenus.

Les ventes étaient quasiment au point mort pendant le premier confinement. © Abdij Sint-Sixtus

"Environ la moitié de nos clients belges vivent en Flandre occidentale et orientale. Les autres clients belges doivent souvent se déplacer beaucoup plus loin pour enlever leur commande. Pendant deux mois, nous n'avons plus vendu de bière à la porte de l'abbaye, car seuls les déplacements essentiels étaient autorisés", indique le frère Godfried, prieur de l'abbaye de Saint-Sixte. "Toutes sortes de solutions ont été envisagées afin d'amener la Trappist Westvleteren au consommateur en cas d’un nouveau confinement général. Cela a donné lieu à un projet pilote de commerce électronique modifié, dans le cadre duquel une partie de notre stock de bière sera livrée à domicile par un service de messagerie."

Des quantités limitées

Pour ces livraisons, les traditionnels casiers en bois laisseront place à des emballages en carton recyclé. "On craignait qu'un grand nombre de casiers de peuplier ne retourne plus jamais à l’abbaye. C'est pourquoi, en coopération avec VPK, nous avons conçu un casier et un emballage extérieur en carton 100 % recyclé, qui ont passé les tests de chute nécessaires. Ensemble, ils pèsent beaucoup moins lourd qu'un casier en bois", explique le frère Godfried.

Les casiers en bois font place à des emballages en carton recyclé. © Abdij Sint-Sixtus

Cet emballage nécessitant une main-d'oeuvre supplémentaire, seule une quantité limitée sera vendue par ce billet. Le site web a également été mis à jour pour permettre ces ventes spéciales une à deux fois par mois. "Les clients qui vivent relativement loin de l'abbaye seront plus susceptibles de choisir le service de livraison à domicile. En outre, le nouveau système devrait contribuer à une distribution encore plus large et plus équitable de nos bières."

Pour éviter au site d'être pris d'assaut par les férus du précieux breuvage, ces ventes pour livraison à domicile n'avaient pas été annoncées par l'abbaye. "Chaque séance de vente est annoncée quelques jours à l'avance sur le site web de la brasserie", précises les frères dans un communiqué.

Il faudra être rapide et attentif pour faire partie des heureux élus pour ces livraisons. © Abdij Sint-Sixtus

Il s'agit d'une nouvelle étape importante pour la brasserie, elle qui avait remplacé son "téléphone à bière" (2003-2019) par une plate-forme de commande en ligne.

Westvleteren, membre du prestigieux club des 14 trappistes mondiales

A l'instar de l'Orval ou encore de la Chimay, la Westvleteren est l'une des rares bières à bénéficier du label Authentic Trappist Product (ATP). "Selon la Règle de Saint Benoît, les trappistes doivent subvenir à leurs besoins par le travail manuel. La brasserie et la vente de bière sont la seule source de revenus des moines de l'abbaye de Saint-Sixte."

L'abbaye des Saint-Sixte, l'une des six abbayes belges à produire une authentique trappiste. © Abdij Sint-Sixtus

Aux côtés des six bières belges (Westvleteren, Chimay, Orval, Achen, Westmalle, Rochefort), on retrouve également deux néerlandaises (La Trappe, Zundert), une italienne (Tre Fontane), une américaine (Spencer), une autrichienne (Stift Engelszell), une espagnole (Cardena), une anglaise (St-Bernard) et une française (Mont des Cats, brassée à l'abbaye de Scourmont, comme la Chimay).