Durant les trois premiers mois de l'année 2021, le produit intérieur brut (PIB) en volume, corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, a enregistré une croissance de 1 % au regard du trimestre précédent, ressort-il des chiffres communiqués par la Banque nationale de Belgique. Les prévisions précédentes tablaient sur une hausse de 0,6 %. En comparaison avec le premier trimestre de 2020, période lors de laquelle le coronavirus a débarqué chez nous, la BNB constate encore une contraction de 0,6 %. "Nous n'avons donc toujours pas rattrapé le niveau d'activité économique antérieur à la crise du Covid-19", souligne la Banque nationale.

Les ménages ont accru leurs dépenses de consommation et leurs investissements de, respectivement, 0,9 % et 2,7 %. Les administrations publiques ont, elles aussi, intensifié leurs dépenses de consommation et leurs investissements de, respectivement, 1,3 % et 4,4 %. Quant aux investissements des entreprises, ils ont augmenté de 2,2 %. L'évolution de ces investissements a été influencée positivement par des opérations spécifiques relatives à l'achat et à la vente de navires à l'étranger, ajoute la BNB.

Concernant le commerce extérieur, les importations de biens et de services se sont contractées plus nettement durant cette période (-1,3 %) que les exportations (-0,5 %). Les exportations nettes de biens et de services ont exercé une incidence positive sur l'évolution du PIB (0,7 point de pourcentage).

Enfin, au premier trimestre, l'emploi intérieur a progressé de 0,1 % sur une base trimestrielle, ce qui représente une hausse de 7 200 personnes. Par rapport à la période correspondante de 2020, le nombre de personnes en emploi a crû de 0,2 % (soit une augmentation de 7 500 personnes).