Vers 14h GMT (16h à Bruxelles), l'euro prenait 0,31% face au billet vert, à 1,1974 dollar, une demi-heure après être monté jusqu'à 1,2011 dollar, un niveau plus vu depuis mai 2018.

"Le dollar continue d'évoluer comme une valeur refuge et se déprécie avec l'augmentation de l'appétit pour le risque", a expliqué plus tôt dans la journée Esther Reichelt, analyste pour Commerzbank, tandis que la Chine a révélé un indice PMI "étonnamment bon".

L'activité manufacturière dans le pays s'est en effet inscrite en août, pour le second mois d'affilée, à son plus haut niveau depuis plus de neuf ans, selon un indice indépendant calculé par le cabinet IHS Markit pour le groupe de médias Caixin.

-> Relire l'analyse: Euro fort, dollar faible, quelles conséquences pour les marchés ? Et pour les consommateurs ?

Le dollar restait par ailleurs pénalisé par les propos de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine, tenus la semaine dernière lors de la réunion de banquiers centraux de Jackson Hole.

Il a annoncé que l'institution pourrait à l'avenir laisser glisser temporairement l'inflation au-dessus des 2% avant d'agir sur les taux, suggérant ainsi que les taux allaient rester encore longtemps à un faible niveau. De quoi peser un peu plus sur le billet vert.

"Plus d'inflation, avec une banque centrale décidée à laisser cela se produire, devrait réduire le pouvoir d'achat du dollar et donc forcément l'affaiblir", a commenté Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

Cependant, selon lui, son statut de valeur refuge devrait limiter sa baisse, en ces temps troublés et alors que les mesures destinées à enrayer l'épidémie de coronavirus ont fait des ravages économiques dans de nombreux pays.

L'euro, pour sa part, n'a pas réagi à la publication, plus tôt dans la journée, de l'inflation en zone euro, passée en territoire négatif en août, pour la première fois depuis mai 2016.

Sur le front de l'emploi, les nouvelles ne sont pas bonnes non plus après les mesures de confinement qui ont mis à l'arrêt des pans entier de l'économie qui ont du mal à redémarrer.

Ainsi, en juillet, le taux de chômage s'affichait à 7,9% en zone euro, contre 7,7% en juin, selon Eurostat.