La Belgique a sollicité le Fonds d'ajustement à la mondialisation, qui vient en aide aux Etats membres ou régions de l'Union européenne frappés par une lourde restructuration ou fermeture d'entreprise.

La Commission européenne a annoncé vendredi qu'elle proposait une aide de 1,6 million d'euros venant du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) pour 400 travailleurs wallons licenciés de Carrefour Belgique et ainsi les aider à retrouver un emploi. Cette proposition devra encore être soumise à l'approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l'Union européenne (UE). L'enveloppe totale de cette aide financière est estimée à 2,7 millions d'euros. Les 1,1 million d'euros restants devront être supportés par la Région wallonne.

La Belgique a demandé le soutien du FEM à la suite du licenciement de 1019 personnes par Carrefour Belgique, lors de la procédure Renault de licenciement collectif annoncée par le groupe en janvier 2018 et clôturée en juin de la même année. "Ces pertes d'emploi résultent de modifications majeures de la structure du commerce mondial découlant de la mondialisation, et notamment du renforcement de la concurrence dans le domaine des achats en ligne effectués auprès de vendeurs établis hors UE", souligne la Commission dans un communiqué.

Aide à la recherche et à la création d'emploi

"En raison de la situation particulièrement difficile en matière d'emploi en Wallonie, dont le taux de chômage était deux fois supérieur à celui de la Flandre en 2018, l'aide financière sera destinée à 400 travailleurs licenciés dans cette région. Ces anciens travailleurs pourront profiter de mesures cofinancées par le FEM. Outre les travailleurs, jusqu'à 330 jeunes de moins de 25 ans ne travaillant pas et ne suivant pas d'études ni de formation (NEET), se verront également offrir un soutien. Tant les travailleurs que les NEET bénéficieront de services actifs d'orientation professionnelle, d'une aide à la recherche d'emploi, de formation professionnelle, d'une promotion de l'esprit d'entreprise et de contributions pour créer leur propre entreprise", précise encore la Commission.

Le FEM est un outil d'aide aux Etats membres et régions de l'Union européenne touchés par une lourde restructuration ou fermeture d'entreprise. Il a été créé en 2007 et a reçu, en 12 ans d'existence, 161 demandes d'intervention. Environ 635 millions d'euros ont été demandés pour soutenir plus de 151.000 travailleurs et 4429 jeunes NEET.