C'est la douche froide pour les aéroports, agences de voyages et autres compagnies aériennes après la comité de concertation de ce vendredi. L'interdiction des voyages non essentiels a été prolongée jusqu'au 18 avril. En d'autres termes, durant les vacances de Pâques du 3 au 18 avril, les voyageurs seront toujours très peu nombreux.

"Nous étions assez optimistes pour la reprise des voyages non essentiels au 1er avril. Là, c'est un coup dur pour tout le secteur", reconnait Sarah Saucin, porte-parole chez TUI. "Nous comptions vraiment sur les vacances de Pâques."

Les aéroports vont donc continuer de fonctionner au ralenti pendant au moins un mois et demi. 

"Nous respectons la décision"

Le gouvernement redoutait-il des voyages en masse lors des vacances de Pâques ? "En tout cas, même si les gens attendaient un peu d'y voir plus clair, nous ne voyons pas de mouvement de foule dans nos réservations."

Mais aussi dure soit la nouvelle, le voyagiste en prend acte et agira en conséquence. "Chacun son métier : nous ne sommes pas experts, nous respectons la décision prise par les autorités ce vendredi."

Tout le secteur du voyage va désormais continuer de traverser la tempête, avec la fin des vacances de Pâques en ligne de mire et l'espoir, cette fois, d'une réelle reprise de l'activité.