La Fed a également relevé ses prévisions d'inflation. La Fed table désormais sur une croissance de 6,5 % du produit intérieur brut américain cette année avant 3,3 % en 2022. En décembre, elle anticipait une hausse du PIB de 4,2 % en 2021 et de 3,2 % en 2022 mais c'était avant l'accélération de la vaccination et l'adoption des plans de relance (900 milliards de dollars fin décembre et de 1.900 milliards la semaine dernière).

S'agissant de l'emploi, elle estime que le taux de chômage va reculer à 4,5 % cette année (contre 5 % estimé précédemment) avant de baisser à 3,9 % l'an prochain.

"Les indicateurs mesurant l'activité économique et l'emploi ont rebondi récemment, bien que les secteurs ayant été les plus touchés par la pandémie demeurent faibles", note la Réserve fédérale dans un communiqué.

La puissante institution financière répète comme en décembre qu'elle reste engagée à utiliser toute la palette d'outils à sa disposition pour soutenir l'économie en ces temps difficiles.

Maintien des taux proche de zéro

Elle martèle aussi que le rythme de l'économie dépendra fortement de l'évolution du virus, incluant les progrès en matière de vaccination.

Enfin, elle souligne qu'elle maintiendra les taux proches de zéro tant que le plein emploi ne sera pas atteint sur le long terme.

Dans ses prévisions publiées mercredi, elle estime qu'il faudra attendre 2023 pour retrouver un taux de chômage de 3,5 %, celui enregistré en février 2020, juste avant la propagation de la pandémie aux Etats-Unis. Elle a par ailleurs révisé en hausse mercredi ses prévisions d'inflation pour les années à venir, et table désormais sur une accélération à 2,4 % en 2021, avant une stabilisation autour de 2 % dans les années suivantes.