La Belgique a décidé d'allouer près de 1,3 millions d'euros à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) afin de renforcer la coopération nucléaire civile et les capacités de l'Agence.

La moitié de cet argent sera assigné au Fonds de Coopération Technique de l'AIEA, principal instrument financier pour transférer les technologies nucléaires aux États membres et les aider à répondre aux grandes priorités de développement dans des domaines tels que la santé et la nutrition, l'alimentation et l'agriculture, l'eau et l'environnement ou encore les applications industrielles de l'énergie nucléaire, selon un communiqué diffusé par les Affaires étrangères belges.

Le solde servira à divers objectifs, notamment le renforcement des cadres réglementaires d'Etats africains pour le contrôle des sources de radiation, ou encore le remplacement d'un spectromètre de radiation à Seibersdorf (Autriche) utilisé par l'AIEA pour vérifier des échantillons dans le cadre de son rôle de garante des fins pacifiques des activités nucléaires de ses Etats membres.