L'État belge pourrait être contraint d'indemniser la société de logistique DP World à hauteur de 150 millions d'euros, selon une décision de la juridiction d'arbitrage de la Banque mondiale rapportée par le magazine Flows et confirmée jeudi par l'Autorité portuaire d'Anvers. Le jugement porte sur la reprise d'une concession de DP World dans le terminal Deurganck du port d'Anvers. Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), qui fait partie de la Banque mondiale, a rendu une décision provisoire au sujet d'un litige concernant une zone de 40 hectares située sur le côté est du dock Deurganck.

Ce quai de 300 mètres de long faisait à l'origine partie de la concession de DP World mais, comme l'entreprise ne s'en servait pas, l'autorité portuaire l'a transféré à MPET (MSC-PSA) pour sept ans en 2014. Une décision contestée par DP World, qui a saisi le Cirdi en 2017.

Le tribunal a rendu un "jugement provisoire", confirme l'Autorité portuaire d'Anvers. La reprise de la concession pourrait donc être partiellement annulée. Le panel d'arbitrage doit encore se prononcer sur une indemnisation envers DP World.

La Belgique et la société de logistique devraient, selon Flows, convenir d'un montant entre eux. D'après les sources gouvernementales du magazine, la créance pourrait s'élever à environ 150 millions d'euros, sans qu'on sache pour le moment à qui sera imputé le montant.

L'autorité portuaire affirme en effet qu'elle n'a fait que contribuer à la défense de la Belgique et qu'elle n'est pas elle-même partie dans la procédure. Elle défend par ailleurs sa décision d'accorder la zone à MPET, "convaincue que cela a préservé le trafic international du port et soutenu l'emploi (in)direct dans et autour de la zone portuaire". Elle souligne enfin sa bonne entente avec DP World, l'un des plus importants opérateurs du port.