La CSC Transcom participera à la journée de grève du secteur privé le 29 mars, annonce mercredi le syndicat chrétien du rail dans un communiqué. Il rejoint ainsi la position du syndicat du rail socialiste CGSP Cheminots. Le syndicat libéral, en revanche, n'appelle pas à la grève.

Les principaux syndicats, la CSC et la FGTB, appellent à une large journée d'actions assortie de grèves dans diverses entreprises et organisations du pays le lundi 29 mars. L'objectif est d'augmenter la pression sur le patronat alors que les négociations autour d'un accord interprofessionnel sont grippées.

Pour le secteur des chemins de fer, le syndicat socialiste CGSP Cheminots avait déjà annoncé la semaine dernière avoir déposé un préavis de grève de 24 heures pour le rail du 28 mars à 22h00 au lendemain même heure.

Dans le communiqué transmis mercredi, la CSC Transcom dit faire campagne pour un accord salarial "digne de ce nom".

Quant au syndicat libéral du rail, il n'appelle pas à la grève. "Le SLFP Cheminots est solidaire avec les trois organisations interprofessionnelles mais, vu le contexte grave actuel inhérent à la pandémie il n'appelle pas à la grève de ce 29 mars", indique-t-il dans un communiqué diffusé mercredi.

Réunis au sein du Groupe des Dix, les partenaires sociaux négocient depuis janvier les conditions salariales et de travail dans le secteur privé. Ces négociations sont compliquées car les syndicats contestent la marge salariale plafonnée à 0,4% pour les deux prochaines années, tandis que le patronat fait valoir la faible marge de manœuvre en période de crise sanitaire et économique. Les tentatives de dégager un accord ont échoué.

Les syndicats souhaitent surtout que la norme salariale ne soit qu'indicative, ce qui permettrait aux secteurs en bonne santé, comme le secteur pharmaceutique ou les supermarchés, de dépasser la norme salariale de 0,4%