La Fédération belge de Beauté (Belgische Beauty Federatie), une association professionnelle pour coiffeurs et spécialistes de la beauté, met en demeure le cabinet de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) pour discrimination.

L'organisation n'accepte pas que tous les métiers de contact itinérants ne puissent reprendre leurs activités.

Selon la fédération, il y a une discrimination à l'égard de certaines professions ambulantes non-médicales. Les coiffeurs ambulants ont ainsi pu reprendre le travail dès le 26 avril, mais pas d'autres métiers de contact comme les pédicures et les esthéticiennes. La BFB appelle le cabinet de Mme Verlinden à donner dans les plus brefs délais des perspectives claires à ces métiers de contact itinérants.