Comme d'autres fédérations avant elle, la Fédération des Brasseurs Belges se prononce à son tour pour une réouverture des bars et des restaurants en Belgique. L'association a fait part de sa volonté de coopérer avec les pouvoirs publics afin d’œuvrer à une reprise contrôlée et sécurisée.

"Le secteur en est convaincu : la solution à cette crise ne se trouve pas dans la fermeture des lieux de vie que sont les cafés et restaurants, mais bien dans leur réouverture sécurisée et contrôlée. Bien sûr, les brasseurs comprennent la gravité de la crise sanitaire, c’est pourquoi ils appellent, avec les secteurs concernés, les décideurs politiques à réfléchir de manière proactive à des solutions pour une réouverture sûre, rapide et définitive de l’Horeca, et des cafés en particulier", précise la FBB dans un communiqué. "Le secteur préconise d'entamer le dialogue et plaide pour que soit fixée au plus tôt une date de principe pour la réouverture des bars et des restaurants dès que les paramètres sanitaires le permettent."

"Le secteur brassicole belge souhaite coopérer de manière constructive avec les différents gouvernements et le secteur Horeca", indique le directeur de la FBB, Krishan Maudgal. © FBB

Le directeur de la FBB, Krishan Maudgal, insiste sur le besoin de perspectives pour un secteur qui trinque depuis près d'un an, et qui est prêt à se plier aux normes sanitaires qui s'imposent. "Le secteur brassicole belge souhaite coopérer de manière constructive avec les différents gouvernements et le secteur Horeca pour définir les protocoles à respecter dans le cadre d’une réouverture sécurisée. En respectant strictement les mesures telles que le service à table, les masques buccaux obligatoires et la distanciation sociale entre les tables, la fédération ne voit aucune raison pour que les cafés ne puissent pas rouvrir en même temps que les restaurants."

Des chiffres inquiétants

La fermeture prolongée de l'Horeca entraîne un effet domino, puisque les fournisseurs de ces établissements se retrouvent à leur tour dans une situation économique instable. La FBB indique que le volume des ventes hors domicile a chuté de 50 % entre 2019 et 2020, "ce qui représente 445 millions de bières", les pires résultats de l'industrie brassicole depuis la Deuxième Guerre mondiale.

"Cela pose des problèmes de liquidités à un nombre croissant de brasseries, qui étaient encore saines et solvables en 2019. Pour 2021, le secteur craint non seulement d’importants problèmes financiers à travers le secteur Horeca, mais également en amont, chez les brasseurs. Elle se félicite des mesures de soutien promises par les autorités, mais celles-ci sont insuffisantes et pas toujours mises en application. Les brasseries, y compris de nombreuses PME, ont besoin d'être soutenues aujourd'hui et demain", alerte la fédération.

Elle rappelle toute l'importance de sauver un produit "reconnu comme patrimoine immatériel par l'UNESCO".