La fondation Bill-et-Melinda-Gates (Bill & Melinda Gates Foundation, BMGF) existe depuis le début des années 2000. Elle a été créée par les deux milliardaires, qui ont annoncé leur divorce cette semaine. Le richissime Warren Buffet fait également partie des administrateurs de l'organisation, qui a pour objectif d’améliorer les soins de santé et de réduire la pauvreté à l'échelle mondiale, et plus spécifiquement d'élargir l'accès à l’éducation et aux technologies de l'information aux États-Unis.

Avec 54,8 milliards de dollars (selon les données de 2019) dépensés depuis sa création et plus de 1600 employés à son actif, la BMGF est sans doute l'organisation privée la plus importante au monde.

En Belgique plus particulièrement, d'après le site de la RTBF, la fondation aurait déjà financé 44 projets pour un montant total de 131,3 millions d'euros. De nombreux centres de recherche, entreprises pharmaceutiques et universités ont ainsi pu bénéficier du soutien de l'organisation.

Médicaments actifs contre le coronavirus

Avant le début de l'épidémie mondiale de coronavirus notamment, la BMGF aurait financé le développement d’une nouvelle technologie liée à la vaccination au sein de l’institut REGA de Biosécurité de la KULeuven. Puis en février 2020, la fondation a financé le test d'environ 18 000 molécules différentes, de médicaments existants, contre le coronavirus. Au total, l'institut belge aurait bénéficié de près d'un million d'euros de dons. A ce jour, l’équipe aurait repéré plusieurs combinaisons de médicaments actifs contre le Covid-19 chez des hamsters.

De son côté, l’institut de médecine tropicale d’Anvers a par exemple reçu des dons en faveur de recherches sur la maladie du sommeil et autres pathologies tropicales négligées. Les universités de Gand, d’Anvers ou l’ULB ont été financées par la BMGF, qui a aussi noué des partenariats industriels avec des entreprises telles que GSK, Janssen Pharmaceutica ou Univercells. Des partenariats destinés par exemple à l'installation d'usines de production miniatures de vaccins contre la polio à moindre prix dans des pays défavorisés.

La fondation possède ainsi un rôle clef, puisque produire des vaccins destinés à des pays en voie de développement représente un investissement important, et ne serait pas rentable et donc pas réalisé par les entreprises pharmaceutiques sans le soutien de la BMGF.