Conjoncture

André Sapir, économiste, professeur à l’ULB, et membre du think tank Bruegel, invite à ne pas sous-estimer l’impact du différend commercial actuel entre la Chine et les États-Unis. "Parce qu’il n’y a pas que des effets économiques", dit-il en substance. Interview.


Est-ce que ce nouvel épisode est du domaine de la musculation verbale ou a-t-on franchi une nouvelle étape, réellement dommageable pour l’ensemble de l’économie mondiale ?

On est au-delà d’une joute verbale. Il faut se rendre compte que la moitié des importations des États-Unis en provenance de Chine sont concernées, et si les droits de douane existaient déjà auparavant, la hausse de 10 à 25 % de ces droits ne peut pas rester sans conséquence. Les montants de flux commerciaux sont loin d’être négligeables…


Est-ce que ce nouvel épisode est du domaine de la musculation verbale ou a-t-on franchi une nouvelle étape, réellement dommageable pour l’ensemble de l’économie mondiale ?

On est au-delà d’une joute verbale. Il faut se rendre compte que la moitié des importations des États-Unis en provenance de Chine sont concernées, et si les droits de douane existaient déjà auparavant, la hausse de 10 à 25 % de ces droits ne peut pas rester sans conséquence. Les montants de flux commerciaux sont loin d’être négligeables…

(...)