En kern, le gouvernerment fédéral a acté ce mercredi un paquet de nouvelles mesures d'aide aux secteurs les plus impactés par la pandémie qui frappe durement le pays depuis plus d'un an. On parle d'une enveloppe totale de 835 millions destinée à soutenir les secteurs les plus durement touchés.

Concernant l'Horeca, à compter de la date de réouverture des terrasses, le samedi 8 mai, la TVA va connaître une réduction temporaire. Concrètement, sur les repas servis, elle passera à 6% (contre 12% actuellement). Concernant les boissons, en ce compris les boissons alcoolisées, la taxe sur la valeur ajoutée passera de 21 à 6%. Cette mesure d'aide devrait être effective jusqu'au 30 septembre 2021, selon la RTBF. Toujours dans le secteur Horeca, les vacances annuelles devraient être exonérées.

Enfin, le ministre David Clarinval (MR) annonce le maintien des mesures de soutien octroyées à l'Horeca, même en cas de réouverture des terrasses. Autrement dit, les travailleurs indépendants actifs dans le secteur de l'Horeca, autorisés à reprendre partiellement leurs activités le 8 mai en rouvrant les terrasses, pourront bien bénéficier du double droit passerelle pour le mois de mai (3.228,20 euros pour un travailleur indépendant avec charge de famille, 2.583,38 euros pour un travailleur indépendant isolé). En outre, ce montant doublé est cumulable avec les activités de take-away et de click and collect.

Pour rappel : le double droit passerelle reste accessible aux travailleurs indépendants qui sont contraints d’interrompre totalement leur activité en raison des décisions prises par les autorités. Tous les autres indépendants qui connaissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 40% par rapport à l’année de référence 2019 ont droit au simple droit passerelle.

Au-delà de l'Horeca, dans tous les secteurs, une réduction ONSS afin de faciliter l'embauche interviendra au troisième trimestre de 2021. Elle concerne les employeurs qui vont employer des salariés mis au chômage temporaire mai aussi ceux qui embauchent des salariés supplémentaires.

Des filets de sécurité pour protéger les chômeurs Corona

Enfin, concernant le chômage corona, quelques apaisements ont pu être fournis aux travailleurs confrontés à cette réalité depuis le début de la crise.

Primo, il est acquis que la période "covid" ne sera pas prise en compte dans le calcul de la période d’accès aux allocations de chômage. Ce qui signifie qu'une période de 12 mois (correspondante à la durée à la crise du coronavirus) sera décomptée du calcul individuel de chaque demandeur d’emploi.

Il a également été décidé que les chômeurs temporaires qui ont changé d'emploi et bénéficient d'un job moins bien rémunéré ne verront pas leurs allocations rabotées : elles seront calculées sur base de leur salaire précédent si ce dernier s'avérait plus élevé.

Enfin, la prime de protection des chômeurs temporaires de longue durée sera étendue au secteur des métiers de contact non médicaux (coiffeurs, tatoueurs, salons d'esthétique,...) durement frappés jusqu'ici par une alternance d'ouvertures/fermetures. Cette prime de protection concerne tant le personnel salarié que les indépendants du secteur disposant du double droit passerelle.