Un phénomène qui devrait se reproduire plus souvent. Lundi, les panneaux solaires ont produit 1.000 MW de plus que prévu. En conséquence, les prix de déséquilibre - ce sont les prix qui s'appliquent pour maintenir le réseau électrique belge en équilibre entre l'offre et la demande - sont tombés en dessous de zéro, à -283 euros/MWh.

S'il y a plus d'offre que de demande, le prix peut être négatif. Les producteurs sont alors payés pour fermer les centrales électriques, ou les grandes entreprises industrielles, par exemple des secteurs métallurgique ou chimique - reçoivent de l'argent pour utiliser l'électricité supplémentaire. Le monde à l'envers donc.

De tels phénomènes sur les prix ne sont pas rares et ne feront qu'augmenter à l'avenir, prédit le gestionnaire de réseau à haute tension Elia. L'énergie renouvelable provenant du vent et du soleil est en effet et par définition moins prévisible.

Si cela a actuellement peu d'impact sur les particuliers, à l'avenir, ils pourraient eux aussi en profiter. Il s'agirait alors de recharger les voitures électriques lorsque l'offre est abondante. Plusieurs acteurs du marché y travaillent.