Le coronavirus s’est imposé dans nos vies depuis quatre mois. Et a stoppé du même coup nos velléités de voyages. Après des vacances de Pâques à la maison, allait-il en être de même pour les mois d’été ? Le 15 juin, les déplacements pouvaient reprendre dans l’espace Schengen. Mais depuis, il faut parfois avoir l’œil rivé sur le site des Affaires étrangères pour voir quelle est la situation – vert, orange ou rouge – de la destination envisagée.

Comme le confirme l’étude réalisée par Ipsos pour le groupe Europ Assistance et publiée ce jeudi (en lieu et place du baromètre des vacances qui sort habituellement début juin), les voyageurs belges nourrissent une série de craintes face au Covid-19. 

La principale ? Une résurgence de l’épidémie lors du voyage pour 34 % d’entre eux. Mais aussi la possibilité d’une mise en quarantaine (33 %), celle de tomber malade pendant le voyage (26 %), l’incapacité d’effectuer des visites ou activités prévues (26 %), mais aussi… l’impossibilité de retourner chez soi (21 %). Une crainte tout à fait nouvelle évidemment. Dans la même veine, celle concernant l’efficacité de l’infrastructure médicale du pays visité (12 %).

© Europe Assistance

Avec sa bulle familiale

Dans ce contexte d’inquiétude assez généralisée, ceux qui ont l’intention de partir cet été sont logiquement moins nombreux que l’an dernier : 59 % contre 65 % en 2019. Ils préfèrent “éviter les endroits restreints et la foule”, souligne l’étude. “Ainsi 72 % d’entre eux déclarent éviter certains pays particulièrement touchés ainsi que des endroits fort fréquentés et 62 % vont favoriser les endroits d’où ils peuvent facilement revenir.” Ils évitent avions et aéroports (54 %), les croisières aussi (61 %), optant plus volontiers pour la voiture (69 %) que l’an dernier (55 %). Plus facile pour rejoindre sa destination. Et, encore une fois, en revenir rapidement au besoin…

© Europe Assistance

Ils vont moins loin, restent plus volontiers en Belgique. Ils vont moins dans les hôtels. Et puis, la majorité part “avec sa bulle familiale”.

Enfin, le budget moyen que les ménages belges prévoient pour leur prochain voyage, cet été ou plus tard dans l’année, est revu à la baisse, passant de 2 242 euros en 2019 à 1 788 euros cette année. “Effet de la crise sur les revenus de certains, prudence et incertitude de la situation actuelle” aussi. Sans compter que les Belges comptent aller moins loin aussi. Et plutôt en voiture qu’en avion.

© Europe Assistance

L’étude a été réalisée dans 11 pays, auprès de 11 001 personnes, dont 1 000 Belges, entre le 12 et le 22 juin 2020.