Frappées de plein fouet par la crise sanitaire, les finances communautaires francophones font le gros dos. Elles souffrent de pas moins d'un milliard d'euros de recettes en moins (sur un budget global de 11 milliards), en raison de la chute de la croissance et de la dégradation des paramètres démographiques, a expliqué le ministre du Budget Frédéric Daerden. 
 
Le gouvernement a toutefois tenu à doter de 190 millions d'euros le fonds d'urgence et de redéploiement décidé dans le cadre de la crise sanitaire. 
 
Ce dernier prévoit donc 31 millions d'euros supplémentaires pour l'enseignement obligatoire, 15 millions pour les bâtiments scolaires et 20 millions pour l'enseignement supérieur et de promotion sociale. Durement frappé, le secteur culturel recevra plus de 41 millions d'euros nouveaux. 
 
Si la dette se creusera inévitablement, la Fédération parie aussi sur les subventions du plan de relance de l'UE, en s'inscrivant dans les deux grandes priorités européennes: les transitions numérique et climatique. 
 
Quinze millions d'euros s'ajouteront aux 5 millions de la stratégie numérique dans l'enseignement, et 20 millions d'euros seront dédiés à la numérisation administrative et l'informatisation du carnet médical de l'enfant. La transition climatique est quant à elle dotée d'une première enveloppe de 37 millions. 
 
Pour rationaliser les dépenses, le gouvernement fera auditer près d'un demi-milliard d'euros de dépenses, afin de rechercher une "efficience maximale" dans l'allocation des ressources financières et humaines.