L'allocation de chômage pour les travailleurs indépendants sous forme de droit passerelle continuera d'exister même après la crise du coronavirus, a promis le ministre des Classes Moyennes, des Indépendants et des PME, Denis Ducarme, à l'issu d'un entretien avec le Syndicat Neutre des Indépendants.

"Cela signifie que, tout comme les salariés, les indépendants pourront également percevoir des allocations de chômage. C'est une étape historique pour nos indépendants", explique la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. "C'est une étape importante pour l’entreprenariat et un excellent signal pour les starters qui prennent en effet un grand risque, mais qui un filet de sécurité si les choses tournent mal."

En raison de la crise, les entreprises ne sont plus en mesure de payer leurs factures à temps, selon une nouvelle enquête menée auprès de 1452 entrepreneurs. "C’était un phénomène déjà visible avant la crise mais celle-ci l’a nettement accentué." Ainsi, aujourd’hui, à peine une facture sur deux est honorée dans les délais de paiement.

Le plan de remboursement pour les indépendants constituait un autre point délicat de l'enquête du SNI. Aujourd’hui, les caisses d'assurance ne sont pas tenues de proposer automatiquement un plan de remboursement aux indépendants qui demandent un report de paiement de leurs cotisations sociales. "Les petits indépendants sont le moteur de notre économie", souligne Christine Mattheeuws. "Nous devons veiller à ce qu'ils ne doivent pas payer deux fois des cotisations l'année prochaine : celles de 2020 et celles de 2021. Nous ne devons en aucun cas leur retirer du cash, sinon le problème ne fera qu'empirer."