Les ministres des finances et les banquiers centraux du G7 se sont dits favorables à une suspension provisoire des paiements des intérêts de la dette des pays pauvres "pour aider ces pays à faire face aux impacts sanitaires et économiques" de la pandémie du coronavirus.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion virtuelle, ils précisent qu'une éventuelle suspension de la dette pour une période déterminée devra recevoir l'aval de "tous les créanciers officiels bilatéraux du G20 et comme convenu avec le Club de Paris". Le G20 inclut des économies émergentes comme la Chine et la Russie.