Le but d'"EcoSoc", une nouvelle mesure de soutien à l'emploi, est d'utiliser cette économie sociale afin de répondre à la crise pour les chercheurs d'emploi les plus vulnérables.

L'une des conséquences de la crise en Région bruxelloise est l'augmentation de la concurrence entre chercheurs d'emploi, ce qui influe négativement sur les personnes les plus vulnérables qui ont moins de chance de trouver un travail, analyse l'office régional bruxellois de l'emploi.

La mesure concerne précisément ceux qui sont particulièrement éloignés du marché du travail: chômeurs peu qualifiés ou de longue durée, jeunes, NEETs (jeunes qui ne sont ni en activité ni en formation) et certains groupes cibles spécifiques (ex-détenus, chercheurs d'emploi porteurs d'un handicap, etc.).

125 entreprises sociales mandatées

Les entreprises reconnues en tant qu'entreprises sociales, c'est-à-dire qui ont, en plus de leur activité économique, une finalité sociale, une tension salariale modérée et qui sont gérées de manière démocratique, ont soumis un "programme d'insertion" détaillant comment l'acquisition des compétences des chercheurs d'emploi les plus éloignés du marché du travail serait développée, explique Actiris.

Plus de 125 entreprises sociales ont été mandatées pour cette mission d'insertion. Elles ont accès à plus de 1.200 emplois et bénéficient d'une prime de transition de maximum 33.000 euros/an pour une période de deux ans ou d'une prime d'insertion de maximum 10.000 euros/an pour une période de 5 ans.

Tous les domaines d'activités de l'économie sociale sont concernés : la restauration collective, la rénovation, le service aux personnes, la construction, la réparation de vélo, etc.

"Les entreprises sociales d'insertion sont nos partenaires pour construire le monde de demain et accompagner vers l'emploi les chercheurs d'emploi bruxellois les plus fragiles. La crise sans précédent que nous traversons démontre l'importance de les aider à retrouver le chemin de l'emploi en développant leur compétence", commente le ministre bruxellois de l'Emploi Bernard Clerfayt.