Les brasseries et centrales à boissons ont vendu à peine 8,7 milliards d'hectolitres en 2020, selon des chiffres du bureau fédéral de statistiques (Destatis) dévoilés ce lundi. Cela représente une baisse de 5,5% par rapport à 2019. Ces données ne tiennent cependant pas compte des bières sans alcool, qui ont le vent en poupe ces dernières années, des boissons maltées, ni des bières importées de pays hors Union européenne.

La passion de l'Allemand pour sa bière a tendance à s'étioler depuis quelques années. Les volumes écoulés sur le marché domestique l'an dernier sont les plus faibles depuis que ceux-ci sont compilés, en 1993, selon Destatis.

L'année 2020 aura été particulièrement rude pour les brasseurs qui ont dû faire une croix sur des festivals où sont traditionnellement consommées d'importantes quantités de bière, à commencer par la célèbre Oktoberfest de Munich, annulée l'automne dernier.$

L'exportation en Europe en baisse de 13,1 %

Les cafés et restaurants ont également été contraints de fermer leurs portes en raison de la crise du coronavirus, d'abord au printemps, et ils le sont encore aujourd'hui depuis novembre.

Les statistiques révèlent toutefois une reprise à l'été 2020, lorsque plusieurs mesures ont été assouplies. Les ventes de bière ont ainsi augmenté de 2 et de 2,3% en août et septembre, par rapport aux mêmes mois de 2019.

Sur la base des accises (impôt indirect perçu sur la consommation et parfois aussi le seul commerce de certains produits dont l'alcool, NdlR), Destatis a calculé que 82,6% de la bière vendue était consommée en Allemagne. Si les ventes nationales ont baissé de 5,5%, l'exportation vers d'autres pays de l'Union ont plongé de 13,1% alors que celle hors Union européenne a grimpé de 3,7%.