M. Ratcliffe apparaît comme résident monégasque dans des documents publiés sur le registre du commerce britannique et portant sur la société d'avions privés Hampshire Aviation, dont il est l'un des dirigeants.

L'information a été révélée vendredi par l'agence Bloomberg et le quotidien The Guardian.

L'homme d'affaires de 67 ans a été propulsé sur le devant de la scène en 2018, devenant la première fortune britannique avec un patrimoine estimé à 21 milliards de livres, titre qu'il a depuis perdu pour glisser à la cinquième place, selon la Rich List 2020 du Times.

La presse britannique avait révélé en 2018 qu'il avait déjà transféré sa fortune à Monaco, ce que le dirigeant n'a jamais confirmé.

Les questions fiscales l'avaient déjà poussé à délocaliser le siège de son entreprise en Suisse en 2010, avant de le rapatrier à Londres en 2016, disant alors vouloir démontrer sa confiance dans l'économie britannique malgré le Brexit à venir.

M. Ratcliffe, qui a construit une multinationale de la chimie, tente de diversifier son groupe en multipliant les partenariats sportifs et en lançant un projet de 4x4 tout-terrain, le Grenadier.

Il devait construire le véhicule au Pays de Galles mais espère dorénavant le faire en France, où il cherche à prendre le contrôle de l'usine de Daimler en Moselle.