Les agents des douanes ont mené ces dernières semaines des actions de zèle au Brussels Airport, à l'aéroport de Bierset et au port de Zeebrugge pour dénoncer le manque de personnel, mais sans réaction du ministre. 

Même la concertation sociale à l'échelle du SPF est bloquée, pointe le représentant de la CSC Services publics, Johan Lippens. Le syndicaliste ne s'exprime pas encore sur l'agenda des actions ni sur leur type. "Nous avons prévu de consulter le personnel début de semaine prochaine", explique-t-il. Jusqu'à présent, il était question d'actions de zèle qui avaient des conséquences limitées, éventuellement l'un ou l'autre retard ou une répercussion légère sur le trafic. Les syndicats menacent d'actions plus fortes, "éventuellement avec un effet international".

Les requêtes du personnel des douanes restent inchangées, avec avant tout des renforts pour pallier le manque de main-d'oeuvre. "Nous sommes confrontés à toute une série de tâches supplémentaires comme le Brexit, les demandes du gouvernement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les contrôles frontaliers pendant les confinements, l'assistance aux policiers... L'exécution même des missions de base sont menacées en raison de ce surplus d'activités."

Les circonstances de travail se sont en outre détériorées. "Il y a moins de collègues, moins de matériel, des services ferment, les horaires sont surchargés, le moindre congé est sujet à discussion..."

Les syndicats demandent enfin que les douaniers présents sur le terrain soient considérés comme prioritaires à une vaccination contre le coronavirus.