Le baril américain a chuté de plus de 14% mardi sur les marchés asiatiques après qu'un important fonds négocié en bourse a commencé à vendre ses contrats portant sur l'or noir.

Le "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, a plongé de 14,8% à 10,88 dollars après avoir déjà perdu un quart de sa valeur la veille alors que les inquiétudes sur les capacités de stockage persistent.

Le baril de Brent de la mer du Nord, référence sur le marché international, a perdu 4,4 pour cent à 19,10 dollars le baril.

Les raisons de cette chute des cours sont liées à une demande exceptionnellement faible en raison des restrictions aux transports et à l'activité économique imposées pour éviter la propagation du coronavirus, et une production qui ne s'est pas suffisamment adaptée.

La chute de mardi a été provoquée par le Fonds pétrolier des États-Unis (United States Oil Fund) qui a annoncé la vente de tous ses avoirs de WTI livrable en juin.

En investissant dans des contacts à plus long terme, la décision de ce fonds a mis la pression sur les contrats portant sur l'or noir pour livraison en juin, selon des analystes.

Cette annonce a également mis en lumière les inquiétudes persistantes concernant les capacités de stockage du pétrole.

"Cette vente étonnante est en partie liée aux centres de stockage qui se remplissent rapidement", a déclaré Stephen Innes, stratège du marché mondial d'AxiCorp.

La décision de ce fonds pétrolier "entraîne une distorsion massive des prix entre juin et juillet", a-t-il ajouté.

Le WTI pour livraison en juillet s'échangeait mardi à plus de 18 dollars le baril.

Les problèmes de stockage occultent les signes montrant que certains pays ont commencé à réduire leur production conformément à un accord majeur conclu ce mois-ci.

Les pays producteurs se sont mis d'accord mi-avril pour réduire à partir de mai la production de 10 millions de barils par jour, mettant fin à une guerre des prix entre Russie et Arabie saoudite.

Les prix ont regagné du terrain depuis qu'ils sont tombés en territoire négatif la semaine dernière, mais ils demeurent à leur plus bas niveau depuis des années.