Le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 3,6% - et non de 3,9% comme indiqué dans une première estimation fin avril- au premier trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent.

Comparé à la période correspondante de l'année précédente, le PIB a baissé de 2,5%, annonce vendredi la Banque nationale de Belgique (BNB). Par rapport au trimestre précédent, la valeur ajoutée a régressé de 2,7% dans l'industrie, de 5,1% dans la construction et de 3,2% dans les services.

"C'est principalement la branche d'activité 'commerce de gros et de détail; réparation de véhicules automobiles et de motocycles; transport et entreposage; hébergement et restauration au sein du secteur des services' qui a contribué au repli de l'activité économique", souligne la BNB.

L'incidence de l'épidémie de Covid-19 s'est clairement manifestée sur la demande intérieure, laquelle a considérablement fléchi, note la Banque.

Les ménages ont réduit de 6,5% leurs dépenses de consommation. Les dépenses touristiques se sont nettement repliées, tout comme les achats de biens durables, au sein desquels ceux de voitures ont enregistré un fort ralentissement. Les investissements des ménages en logements ont aussi largement chuté (-5,4 %) en raison de l'impact du Covid-19 et des mesures y afférentes sur l'activité du secteur de la construction.

Enfin, les administrations publiques ont restreint leurs dépenses de consommation de 3,1% et ont également limité leurs investissements (-0,7%).