Le port d'Anvers devrait enregistrer une septième année record d'affilée grâce à une croissance de 1,3% en 2019, pour un transbordement total de 238 millions de tonnes cargo, a indiqué l'entreprise lundi lors d'une conférence de presse. La croissance est principalement due au transbordement de containers (+6,2% en nombre de tonnes) et au vrac sec (+3,4%). Les produits de détail (-13%) et le vrac liquide (-4,4%) ont en revanche connu une année difficile.

La part de marché d'Anvers dans le trafic conteneur européen est également en hausse, à un peu plus de 28%, ce qui permet à Anvers de conforter sa deuxième place derrière le port de Rotterdam. "Nous suivons la même évolution que Rotterdam et réduisons même l'écart un petit peu plus chaque année", souligne le CEO de la société gestionnaire du port belge, Jacques Vandermeiren.

La croissance a pourtant été obtenue dans un contexte difficile, entre menace de Brexit et guerre commerciale sino-américaine.

Cette septième année de record signifie que le port se rapproche de plus en plus de sa limite de capacité de transbordement et la récente décision du gouvernement flamand d'avancer dans le dossier d'une extension de capacité est vue d'un bon œil. "Le projet peut maintenant entrer dans une phase de réalisation mais cela prendra bien entendu du temps avant que l'extension soit réalisée", poursuit Jacques Vandermeiren. Dans un premier temps, pour permettre les travaux, la capacité devra même être réduite dans le Deurganckdok. "2021-2022 sera un peu plus difficile mais les grands acteurs ici y sont préparés."

La société gestionnaire du port a par ailleurs annoncé un nouveau plan pour le futur de l'ancien site d'Opel Anvers. Cette "Churchill Industrial Zone" sera divisée en deux zones dont l'une accueillera notamment des start-up innovantes qui pourront apporter leur contribution à la transformation d'Anvers en un port "durable et circulaire". Le nouveau plan devrait permettre la création de centaines d'emplois.

La transition vers un port durable est cruciale pour Anvers. Plutôt que d'ambitionner seulement la place de numéro un en matière de trafic de conteneurs, "nous voulons avant tout être le meilleur port et le plus durable", souligne Jacques Vandermeiren.