Le Sri Lanka a signé un accord avec la Chine qui lui permettra d'emprunter 1,5 milliard de dollars en devises étrangères, au terme de mois de négociations, a annoncé la banque centrale de l'île.

Alors que les réserves en devises du pays sont à leur plus bas niveau depuis plus décennie, cet accord dit "de swap" sécurise l'accès du Sri Lanka à des devises, et éloigne du même coup la perspective d'un défaut de paiement pour des prêts contractés dans une autre monnaie que la sienne.

Selon les chiffres officiels, les réserves de devises étrangères du Sri Lanka ont chuté à 4,5 milliards de dollars fin février, au plus bas depuis septembre 2009 (4,2 milliards de dollars alors).

Selon la Banque centrale du Sri Lanka, l'accord signé avec son homologue chinoise est d'une durée de trois ans pour un montant de dix milliards de yuans, "avec pour objectif de promouvoir le commerce bilatéral et les investissements directs destinés au développement économique des deux pays".

D'autres pourparlers seraient en outre en cours avec la Banque chinoise de développement pour un prêt de 700 millions de dollars, dont l'équivalent de 200 millions de dollars émis en monnaie chinoise, d'après des responsables.

Chute libre du tourisme

L'économie de ce pays d'Asie du Sud, très dépendant du tourisme, était déjà largement ébranlée par les attentats meurtriers de Pâques 2019 qui ont fait 279 morts, lorsque la pandémie et ses effets dévastateurs sur le secteur a démarré.

Le PIB a connu une contraction record de 3,9 % l'an dernier.

Lorsque le Premier ministre Mahinda Rajapaksa était président, entre 2005 et 2015, Colombo a emprunté des milliards à la Chine destinés à financer de coûteux projets d'infrastructure.

Cet endettement suscite les inquiétudes en Occident et en Inde, qui craignent que l'île de l'Océan Indien, stratégiquement située, ne soit piégée par sa dette chinoise.

En décembre 2017, le Sri Lanka a été contraint de céder le port en eau profonde de Hambantota, dans le sud de l'île, à une entreprise chinoise après avoir été incapable d'assurer le service de sa dette pour sa construction.