La Belgique doit à nouveau payer des intérêts si elle désire emprunter de l'argent. Le taux d'intérêt à dix ans a en effet à nouveau dépassé la barre du zéro pour la première fois depuis juillet, indique jeudi l'Agence fédérale de la dette. 

"Les conditions de financement restent cependant extrêmement favorables", selon la Trésorerie. En juillet dernier, le taux à dix ans était passé pour la toute première fois sous zéro, ce qui permettait à l'Etat de gagner de l'argent lorsqu'il empruntait. A un certain moment, il a même atteint -0,38%. Les guerres commerciales et l'assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne ont en effet contraint les investisseurs à fuir vers des valeurs refuges, comme les obligations d'État.

Mais cette situation est désormais révolue depuis jeudi. Le taux à long terme est ainsi remonté jusqu'à 0,01%. "Des conditions de financement qui restent toutefois très favorables", analyse Jean Deboutte, directeur de l'Agence fédérale de la dette.

La raison de cette hausse est l'optimisme retrouvé quant à la possibilité de mettre un terme aux guerres commerciales. "Le sentiment extrêmement négatif est à présent de l'histoire ancienne", explique-t-il.

Avec ce taux positif, la situation est revenue à la normale. Les taux d'intérêt négatifs ont également entraîné la disparition des acheteurs des marchés. "En fin de compte, il doit bien y avoir quelqu'un qui veut acheter des obligations d'État", selon Jean Deboutte.

Les taux sur les emprunts de moins de dix ans sont en revanche toujours négatifs. Et si la Belgique veut emprunter de l'argent sur cinquante ans, elle ne paie qu'1% d'intérêts.