Le procès contre l'administration a commencé en septembre 2008. À l'époque, l'ASBL Havenkoepel, qui coordonne les associations d'entreprises portuaires privées, a saisi la justice avec 44 compagnies maritimes et autres opérateurs du port d'Anvers. Les sociétés n'acceptaient pas la facturation, pendant 10 ans, d'heures supplémentaires pour des services qu'elles estimaient non rendus.

Les douanes ont réduit les redevances au fil des ans tout en contestant le remboursement. La Commission européenne avait pourtant envoyé une lettre de mise en demeure au gouvernement fédéral en 2010, soulignant que le calcul des frais était erroné.

Après que la Cour de cassation a cassé un précédent jugement de la cour d'appel d'Anvers en 2018, les sociétés portuaires sont maintenant appuyées par la cour d'appel de Gand, qui a jugé que la manière dont les douanes calculaient les frais ne correspondait pas aux services qu'elles fournissaient.