Plusieurs sociétés de taxis s'apprêtent à intenter une action contre le fédéral et les Régions, estimant ne pas avoir été suffisamment soutenues face à la crise, rapporte le magazine spécialisé Taxipro.be. L'information a été confirmée par la fédération sectorielle GTL, qui coordonne la plainte. Le secteur juge avoir été traité de manière inéquitable par rapport à d'autres secteurs qui, eux, ont dû cesser leur activité, comme l'horeca, les secteurs de l'évènementiel et du voyage. "Mais ce sont précisément nos clients", explique le secrétaire général de GTL, Pierre Steenberghen. "Nous dépendons totalement des activités nocturnes, de l'horeca, des voyages, des congrès et foires, etc.."

Les taxis ne sont pas davantage reconnus comme des fournisseurs directs de secteurs ayant dû fermer car les chauffeurs ne facturent pas leurs services à ces secteurs, "ce qui nous a fait passer à côté de certaines mesures de soutien", comme des primes de compensation des cotisations ONSS.

Et pourtant, le secteur est fortement touché par la crise, souligne-t-on. "Même des entreprises de taxis qui étaient saines avant la crise du coronavirus se trouvent maintenant dans de sales draps."

Selon le secrétaire général de GTL, les sociétés de taxis de tout le pays, des plus petites aux plus grandes, se rangent derrière l'action, qui devrait être prochainement déposée devant le tribunal de première instance francophone de Bruxelles.