Les exportations d'armements français ont baissé de 41 % en 2020 sous l'effet de la crise sanitaire et faute de grands contrats emblématiques, selon un rapport annuel au Parlement publié mercredi, mais Paris table sur un net rebond cette année grâce aux commandes d'avions Rafale.

"En 2020, le montant des prises de commande s'est élevé à 4,9 milliards d'euros", contre 8,3 milliards d'euros l'année précédente, selon ce document. L'Arabie Saoudite (703,9 millions d'euros, incluant des systèmes de défense aérienne et des robots navals de déminage), les Etats-Unis (433 M EUR, essentiellement des sonars) et le Maroc (425,9 M EUR) figurent parmi les plus gros clients de la France, troisième exportateur mondial d'armement.

"Ce résultat, en retrait par rapport aux précédentes années, s'explique en partie par les contraintes liées à la crise sanitaire mondiale qui ont repoussé à 2021 plusieurs prospects d'armement, en raison de la suspension des discussions commerciales et des décisions d'investissement", ainsi que par "l'absence de grands contrats supérieurs à 500 millions d'euros pour l'année 2020", souligne le ministère des Armées.

Toutefois, cette baisse "ne traduit pas une tendance de fond", assure-t-il. Il peut en effet se targuer de gros contrats Rafale, avec l'Egypte (30 exemplaires pour près de 4 milliards d'euros), la Grèce (18 avions dont 12 d'occasion pour 2,5 mds EUR) et la Croatie (12 Rafale d'occasion, 1 md EUR).

Grâce à ces commandes majeures, en sus d'un socle traditionnel de 3 à 4 milliards d'euros de petits contrats, "raisonnablement, on peut espérer en 2021 au moins 10 milliards d'euros de ventes d'armement" français, a affirmé le porte-parole du ministère des Armées Hervé Grandjean, lors d'un point presse.

Les exportations d'armement français avaient déjà baissé de près de 8,6 % en 2019, après des années 2015, 2016 et 2018 particulièrement fastes, dopées notamment par des ventes de Rafale à l'Egypte, à l'Inde et au Qatar.

Le montant des livraisons a quant à lui chuté de plus de moitié en 2020, à 4,3 milliards d'euros, contre 9,9 en 2019.

Sur le plan des prises de commandes, la zone Europe représente pour la deuxième année consécutive "la principale destination des exportations françaises" avec 25 % (15 % pour les pays de l'Union européenne et 10 % pour les autres pays européens), le Royaume-Uni et la Grèce figurant parmi les six premiers clients de la France.

Juste derrière, la zone Proche et Moyen-Orient représente 24 % des commandes, contre 22 % pour la zone Asie-Océanie, soit "une part légèrement supérieure à celle observée ces trois dernières années", et 16% pour l''Afrique.

Les exportations de matériels militaires sont nécessaires à la France pour financer son modèle d'armée et maintiennent son autonomie stratégique.

Contrôle parlementaire

Mais la question de leur contrôle est devenue plus pressante avec notamment l'intervention de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis, deux clients de Paris, dans le conflit au Yémen où certaines ONG les soupçonnent de crimes de guerre.

Selon une enquête d'opinion Harris Interactive réalisé mi-mai pour Amnesty International, 78 % des sondés jugent qu'il y a un manque de transparence sur les exports d'armement.

Deux députés, Jacques Maire (parti présidentiel LREM) et Michèle Tabarot (Les Républicains, droite), ont préconisé dans un rapport publié en novembre de renforcer les pouvoirs du Parlement sur ce contrôle.

"Dans notre pays, l'exécutif est juge et partie de la qualité du processus d'examen des demandes de licences (d'exportation, ndlr), notamment quant à l'examen rigoureux du respect du droit humanitaire international", déplorent-ils.

En France, la décision d'exporter ou non est prise par le Premier ministre, sur avis d'une Commission interministérielle pour l'étude des exportations des matériels de guerre (CIEEMG), selon une procédure confidentielle.

Mais la ministre des Armées Florence Parly indique dans le rapport avoir "commencé à intégrer les propositions" des députés. Le texte précise ainsi que Paris a refusé un total de 47 licences d'exportations en 2020, en grande majorité à destination de pays d'Asie, une demande des deux députés.

Ces derniers réclamaient également que le contrôle du Parlement s'exerce sur les exportations des biens à double usage, civil et militaire, en s'intéressant à l'identité du bénéficiaire des livraisons.