C'est un record et nettement plus qu'au cours des trois mois précédents, lorsque le taux d'épargne n'était "que" de 12,7%, selon des statistiques de la Banque nationale (BNB) publiées vendredi. Les ménages ont pu mettre plus d'argent de côté car leurs dépenses de consommation ont diminué de 6% sur cette période. Leur revenu disponible a en outre augmenté de 1,4% par rapport au trimestre précédent. Bien que certaines composantes du revenu disponible aient été affectées négativement par la crise du coronavirus et le confinement, d'autres ont, par contre, évolué plus favorablement, selon la Banque nationale.

D'après des chiffres plus récents de la BNB, le taux d'épargne a également augmenté de manière significative ces dernières semaines. "Nous nous attendons à ce que les Belges économisent beaucoup plus cette année que les années précédentes et c'est une bonne chose", confie le porte-parole Geert Sciot.

Le confinement a permis aux consommateurs de dépenser moins d'argent pour, par exemple, des voyages et de nombreuses familles ont pu épargner plus que d'habitude, explique-t-il encore. "Et c'est une bonne nouvelle car cela signifie que peu ou pas de mesures supplémentaires sont nécessaires pour stimuler la consommation du Belge. En temps de crise, un taux d'épargne aussi élevé est en fait un élément positif car il indique que les gens ne se sont pas appauvris pendant la crise."

Le taux d'investissement des ménages - les dépenses de construction et de rénovation des maisons - est tombé à 8,9% du revenu disponible (contre 9,6 au quatrième trimestre 2019). Ces investissements ont en effet fortement diminué, de 5,5%, alors que le revenu disponible a, lui, continué à augmenter, explique la Banque nationale.