La productivité a augmenté davantage que les salaires dans la majorité des États membres de l'UE, dénonce vendredi la Confédération européenne des syndicats (CES/ETUC) par communiqué. 

Selon les derniers calculs de l'Institut syndical européen (ETUI) reposant sur les chiffres de la base de données Ameco, les salaires ont moins augmenté que la productivité de la main-d'œuvre entre 2010 et 2019 dans 15 États membres.

En Belgique, la croissance salariale a accusé un retard de trois points de pourcentage par rapport aux gains de productivité. L'Irlande (35 pp), la Croatie (17 pp) et l'Espagne (11 pp) remportent la palme.

"Les entreprises paient davantage leurs actionnaires et dirigeants au détriment de leurs travailleurs. Or, l'équité et la théorie économique imposent que les augmentations salariales suivent les augmentations de productivité", souligne Esther Lynch, secrétaire générale adjointe de la Confédération européenne des syndicats (CES).

La confédération syndicale demande dès lors à l'Union européenne d'agir pour renforcer la négociation collective. "Lorsque les travailleurs sont en mesure de négocier leur juste part des gains de productivité, le salaire médian augmente, ce qui augmente la probabilité que 60% de ce salaire médian corresponde à un salaire minimum assurant de quoi vivre aux travailleurs."