Après des semaines de ventes dopées, un retour à la normale s’opère.

Le confinement a assurément profité à la grande distribution. Alors que les commerces ont été contraints à baisser le volet durant de nombreuses semaines, la grande distribution est quasiment le seul secteur à ne pas avoir vu son activité stoppée net. Mieux, ses ventes ont enregistré une croissance inespérée alors que le secteur est davantage marqué par une concurrence où chacun tente de conserver ses parts de marché.

Mais après les fortes croissances, atteignant parfois 30 %, le retour à la normale est la nouvelle réalité. La croissance est en effet revenue à un taux de 3 % en Belgique au cours de la dernière semaine, soit le chiffre le plus bas depuis le début de la pandémie. "La semaine écoulée n’a guère été impactée par les facteurs externes qui influencent traditionnellement les ventes de produits de grande consommation comme la météo ou les jours fériés, a expliqué Johan Vrancken, directeur général de Nielsen Benelux Connect. Les températures ont été assez similaires à celles de l’année dernière et aucun jour férié n’a affecté les ventes cette semaine."

Si les ventes en supermarchés reviennent à des niveaux d’avant la crise, c’est aussi dû en partie à la réouverture de l’Horeca. "Bien que l’Horeca ait repris ses activités au début du mois aux Pays-Bas, la réouverture officielle des frontières entre les deux pays la semaine dernière a provoqué une nette hausse du trafic dans les bars et restaurants belges la semaine dernière. Cela peut avoir joué un rôle dans le recul des ventes à leur niveau le plus faible en termes absolus (364 millions d’euros) depuis le début de la crise en Belgique" , a poursuivi Johan Vrancken.

Un véritable retour à la normale, car avant que le coronavirus ne survienne, aucune croissance n’était attendue dans le secteur en 2020.