Sur le plan du chômage et du nombre d'inactifs - les personnes qui ne travaillent pas et ne sont pas activement à la recherche d'un emploi - notre pays a été le plus stable d'Europe en 2020, selon une analyse de l'université de Gand (UGent). 

Toutefois, les conséquences de la crise sanitaire risquent de se faire pleinement ressentir lorsque les mesures de soutien public seront arrêtées. Le pourcentage de chercheurs d'emploi en Belgique est passé l'an dernier de 3,6 à 3,7 %, ce qui a permis de faire monter la Belgique de la 14e place des 27 pays de l'UE en 2019, en matière de chômage, à la 10e place en 2020. "Une stabilité des chiffres revient à faire mieux que les autres pays. Ce qui est étonnant, c'est que la Suède, souvent vue comme un exemple, a connu une forte hausse du chômage et se trouve maintenant à la 23e place", analyse le professeur Stijn Baert.

Avec 22,8 % d'inactifs de 25 à 64 ans en 2020, une proportion identique à celle de 2019, la Belgique fait également montre d'une grande stabilité. Dans l'Union européenne, le nombre d'inactifs a augmenté de 720.000 l'an dernier, dans le sillage de la crise, surtout dans les pays du sud. La Belgique n'est toutefois pas bien classée depuis longtemps sur ce plan et occupe la 23e place européenne.