Unique, cette étude compare les données de 2013, 2017 et 2020. Pour cela, 25 636 personnes, toutes âgées de 15 ans et plus, ont été interrogées à travers toute l’UE. Il en ressort que les Européens sont moins disposés à acheter des contrefaçons ou à accéder à du matériel piraté. Notre pays s’inscrit également dans cette tendance à la baisse.

Focus sur la Belgique

7% des Belges interrogés déclarent avoir acheté intentionnellement des produits de contrefaçons au cours des 12 derniers mois. Dans l’étude menée en 2017, ils étaient 8%. Mais la baisse la plus flagrante, se situe au niveau de la consommation de contenus provenant de sources illégales. En 2017, 16% des Belges déclaraient en avoir consommé, contre 13% cette année.

Plus enclin à payer pour du contenu légal

Que ce soit dans l’Union européenne ou en Belgique, les personnes sont plus disposées à payer pour accéder à des contenus protégés par le droit d’auteur. En Belgique, 30% des interrogées déclarent avoir payé pour consommer des contenus protégés. Une augmentation de 5% par rapport à l’enquête de 2017. A l’échelle de l’UE, l’augmentation est plus impressionnante, ils sont 42% à avoir payé en 2020. Soit 17% de plus qu’en 2017. Cette augmentation peut s’expliquer par un nombre plus important de contenus originaux disponibles à des prix abordables. Du moins, c’est l’argument premier des 42% d’Européens qui ont consommé, téléchargé ou diffusé légalement des contenus protégés.

Les plus jeunes admettent plus facilement acheter des contrefaçons

Parmi l’ensemble des personnes interrogées, seulement 5% déclarent acheter intentionnellement des contrefaçons. On remarque que les répondants plus jeunes le reconnaissent plus facilement. Au total, ils sont 10% à l’admettre. La première raison évoquée par les répondants pour justifier leurs achats de contrefaçons est le prix trop élevé des produits originaux. Ainsi, les contrefaits principalement acquis sont des imitation de produits de luxes.