L'agence de notation Moody's a dégradé lundi les perspectives financières de la Fédération Wallonie-Bruxelles de neutres à négatives en raison de l'alourdissement attendu de l'endettement de l'entité.

L'agence américaine a aussi dégradé dans la foulée la BCA (Baseline Credit Assessment, soit l'évaluation de solidité intrinsèque) de la Fédération de Aa3 (qualité haute) vers A2 (qualité moyenne supérieure), soit deux crans dans la grille d'évaluation de Moody's.

La note de l'entité pour les émissions à long termes reste toutefois stable, à Aa3.

"Le changement de perspective de stable vers négatif pour la Communauté française de Belgique reflète nos attentes quant à un approfondissement de son déficit et une augmentation substantielle de sa dette en raison de l'engagement du gouvernement à investir pour combler le retard de performance de son système éducatif", commente Matthieu Collette, senior analyst auprès de Moody's.

"De plus, la récession provoquée par le coronavirus ajoute une pression budgétaire négative supplémentaire, surtout sur les recettes (de la Fédération), tandis que l'incertitude quant à la réaction politique du gouvernement subsiste", ajoute l'agence.

En déficit chronique depuis des années, le nouveau gouvernement de la Fédération avait confirmé en début de législature ne viser aucun retour à l'équilibre d'ici la fin de la législature, notamment pour financer la mise en oeuvre du Pacte pour un enseignement d'excellence.

En avril dernier, en raison de la crise du coronavirus, le ministre du Budget de la Fédération, Frédéric Daerden (PS) avait annoncé s'attendre à un doublement du déficit de 1,6 milliard pour l'année 2020, un dérapage historique pour l'entité.

Fin 2019, la dette de la FWB pesait déjà un peu plus de 7 milliards d'euros, soit un doublement en dix ans.

Le nouveau gouvernement arc-en-ciel avait alors annoncé son intention de porter cette dette à 11 milliards d'euros (+54%) d'ici la fin de la législature, en 2024. Mais en raison de la crise du Covid-19, cet endettement devrait augmenter encore plus rapidement, ce qui inquiète Moody's.

La dégradation de la note de la FWB devrait logiquement entraîner un relèvement de ses taux d'emprunt sur les marchés financiers.