Les importations et les exportations de biens ont à nouveau diminué en février dernier, signale la Banque nationale de Belgique (BNB). La contraction du commerce s'est manifestée à peu près partout, mais de façon plus marquée pour les échanges avec les Etats-Unis. La croissance des exportations (-9,3 %) et des importations (-11,8 %) de biens est donc restée négative par rapport à février 2020. Ce repli avait déjà été constaté en janvier dernier, avec respectivement -8,2 % pour les exportations et -14,7 % pour les importations comparativement au même mois il y a un an.

On est cependant loin des reculs extrêmes constatés en avril et mai de l'année dernière, lors du premier confinement causé par la pandémie de Covid-19, qui dépassaient -25 %, relève la Banque nationale.

Outre les Etats-Unis, la contraction du commerce s'est également manifestée pour les importations en provenance du Royaume-Uni. Les fortes diminutions d'importations de produits chimiques et pharmaceutiques, ainsi que de machines et de matériel électrique font suite à un mouvement inverse à la fin de 2020, où les échanges entre la Belgique et le Royaume-Uni ont connu un rebond temporaire, probablement pour constituer des stocks en anticipation de futures entraves aux échanges lors de l'entrée en vigueur du Brexit, analyse la BNB.

Seules restent en progression les importations en provenance de Chine, en particulier les machines et le matériel électrique, et, dans une bien moindre mesure, des Pays-Bas, principalement de produits énergétiques.