L'Arabie saoudite et le Koweït ont signé mardi un accord pour la reprise, après cinq ans d'interruption, de la production de deux champs pétroliers dans une zone qu'ils se partagent, a annoncé le ministre koweïtien du Pétrole.

L'accord porte sur "la reprise de la production dans la Zone partagée", appelé aussi Zone neutre, a écrit sur Twitter le ministre Khaled al-Fadel, qui n'a pas précisé la date de reprise de la production.

L'agence de presse officielle koweïtienne Kuna a rapporté pour sa part que les deux pays avaient aussi signé un accord additionnel à des accords ultérieurs de démarcation des frontières terrestre et maritime dans la Zone neutre.

L'agence n'a pas non plus donné de détails sur le contenu du nouvel accord.

Les deux champs pétroliers pompaient quelque 500.000 barils par jour (bpj) avant que la production ne soit arrêtée, d'abord dans le champ de Khafji en octobre 2014, puis celui de Wafra quelques mois plus tard, en raison d'un différend entre les deux voisins.

Ryad avait alors mis en avant des questions environnementales pour justifier l'arrêt de la production.

Le pétrole produit dans cette zone frontalière est partagé à parts égales entre l'Arabie et le Koweït.

Khafji, un champ offshore, était exploité conjointement par Kuwait Gulf Oil Co (KGOC) et Saudi Aramco Gulf Operations, tandis que le champ terrestre Wafra était exploité par KGOC et Saudi Arabian Chevron.

Les deux pays négocient depuis juin 2015 pour résoudre ce conflit et reprendre la production.

L'accord de mardi intervient alors que les prix du pétrole sont sous pression en raison de l'abondance des réserves et de la faible croissance économique mondiale.

Cette situation a incité l'Opep et ses alliés à accroître ses réductions de production à partir du mois prochain.

L'Arabie saoudite, pays phare de l'Opep, pompe un peu moins de 10 millions bpj et le Koweït environ 2,7 millions bpj.