Un an après le premier confinement, les Belges ont adopté des habitudes d'achat plus locales, selon une enquête iVox pour le compte de l'entreprise Sipwell. Près de 16,4 % des consommateurs ont commencé à acheter local pendant la crise sanitaire, en plus des 42 % qui le faisaient déjà avant la pandémie.

Soutenir l'économie locale est la première raison invoquée par les sondés (50,2 %) pour expliquer ce changement de comportement. Un cinquième (20,4 %) achète local pour des raisons de développement durable, un pourcentage qui grimpe à 27 % chez les moins de 34 ans. La qualité et l'authenticité des produits sont cités en troisième position (14 % des sondés).

Déclic chez les jeunes

Les plus de 55 ans étaient déjà des clients fidèles des commerces locaux avant la pandémie (48,1 %). Les jeunes ont eu un déclic pendant la crise sanitaire et ont sciemment commencé à acheter plus local (21,2 %), selon l'étude.

Une légère différence se marque également de part et d'autre de la frontière linguistique. Que ce soit avant la crise du coronavirus ou pendant la pandémie, les Belges francophones semblent plus enclins à acheter des produits locaux que les Flamands. Les femmes achètent aussi généralement plus local que les hommes