L'activité économique belge devrait augmenter de 1,3% au deuxième trimestre 2021, selon les estimations de la Banque nationale de Belgique (BNB). La consommation des ménages sera stimulée par la levée progressive des mesures restrictives anti-coronavirus. La croissance belge a atteint 1 % au premier trimestre de 2021, soutenue par le rebond de la demande intérieure, mais également renforcée par la baisse marquée des importations.

"Au second trimestre, la consommation privée devrait encore s'accélérer. Les mesures restrictives sont progressivement levées à la suite de l'amélioration de la situation sanitaire, ce qui augmente les possibilités de consommation. Par ailleurs, la confiance des consommateurs est à un niveau élevé et les perspectives de revenus restent robustes, grâce notamment à un marché du travail qui reste remarquablement solide", estime la BNB.

Les premières données concrètes pour le mois d'avril sont à cet égard "prometteuses" et la réouverture de l'horeca donnera également un coup de pouce aux magasins non-alimentaires, poursuit l'institution.

La croissance de l'investissement des entreprises, que la BNB juge surprenante, devrait rester importante au 2e trimestre. L'indicateur de confiance des chefs d'entreprise se situe "bien au-dessus" de son niveau d'avant-crise. L'investissement public et celui en logements devraient également augmenter durant le second trimestre de 2021.

Sous l'effet du renforcement de la demande intérieure, la croissance des importations devrait s'accélérer fortement. En conséquence, la contribution des exportations nettes à la croissance devrait devenir négative au 2e trimestre, et ce en dépit de la vigueur persistante de la demande extérieure.

La BNB souligne que la crise du coronavirus constitue un défi pour l'élaboration d'estimations. Elle a dès lors complété ses modèles de séries chronologiques standards par des informations recueillies auprès d'experts, notamment.