Les réacteurs anversois sont approvisionnés en combustible provenant d'Allemagne. Des recours ont cependant été déposés contre le transport de la matière fissile.

Un tribunal avait estimé qu'une première procédure d'appel n'était pas suspensive et que le combustible pouvait donc être livré. Mais un deuxième recours a récemment été introduit. On ignore encore si celui-ci est suspensif.

Cette incertitude ne peut toutefois pas durer. Le combustible doit en effet être chargé dans le coeur des réacteurs lors de la révision programmée. Pour Doel 1, celle-ci est prévue entre mai et début juillet et pour Doel 2 entre fin mars et début mai.

L'exploitant des centrales, Engie Electrabel, est en contact avec son fournisseur et espère une livraison dans les temps. "On a encore un peu de marge", commente une porte-parole.

Elle souligne qu'aller se procurer de la matière fissile ailleurs ne serait pas évident étant donné les spécificités de Doel 1 et 2.